La créativité? Fichez-lui la paix !

19 octobre 2017 9 minutes de lecture Anela Lebic
| | |

La créativité, vénérée par les leaders de ce monde et adulée par les employeurs de nos jours; qu’attendons-nous donc pour exploiter ce talent tant valorisé ? Sommes-nous vraiment tous dotés de cette ressource si précieuse ? Ou est-ce qu’on fait fausse route ? Après tout, nous courrons peut-être après quelque chose qui nous échappe…

 

Idées reçues à la peau dure

Et d’abord… Qu’est-ce qu’un créatif ? Fermez les yeux et imaginez le créatif. Essayez vraiment, pourquoi pas ? Instinctivement on se représente un artiste, un individu talentueux ou un magicien ayant le don de produire de idées nouvelles et abstraites à la demande. Celui qui peut, par la force de son esprit, produire des œuvres inattendues. Et le problème de la créativité se cache bien là. C’est qu’elle est figée au moyen d’idées reçues qui ont la peau dure. Mais la pensée créative était-elle vraiment réservée aux individus hors norme ?

 

Pour commencer, le concept de créativité est principalement introduit dans les années 40 pour parler d’un processus permettant de trouver des solutions à des problèmes, sans connotation artistique(1). Quel soulagement ! 😉 Vu sous cet angle, nous sommes tous potentiellement des êtres créatifs, ne pensez-vous pas ? Car le simple fait d’Être nous permet de colorer le quotidien à notre manière, et donc de créer notre réalité unique. Bonne nouvelle, nous avons tous ce talent tant recherché. La créativité est bien en nous, mais malheureusement, nous ne savons pas la révéler et la valoriser pour autant!

 

Les Monstres, remparts à la pensée créative

Bien trop souvent, on s’exclut de la créativité par peur de ne pas être capable de créer des œuvres originales à la demande. Cette peur vient d’un Monstre redoutable souvent enfoui au fond de nous : il s’appelle Perfectionnisme. Monstre Perfectionnisme est tellement puissant, qu’il nous pousse à l’inaction par peur de l’échec. Tétanisés, on décide alors, consciemment ou non, de s’exclure du monde coloré et lumineux de la créativité. Oui, car il est connu que sur le chemin du bonheur, nous sommes notre bourreau le plus efficace. Par la pratique de l’auto-sabotage, on ferme le champ des possibles et on se définit par ce qu’on fait et non par le potentiel d’Être. Et pourtant, ne sommes-nous pas créateurs et créatifs au quotidien ?

 

Nous créons de toute pièce notre présent, qui a le pouvoir de changer le passé et d’influencer notre futur. Par nos pensées, notre persévérance et nos choix, nous créons l’expérience de vie. On résout des problèmes et on innove par des solutions à longueur de temps sans même nous en rendre compte. Bingo ! La clé se trouve juste là. Et si on décidait d’accepter la responsabilité individuelle qui nous incombe ? Il suffit de se donner du crédit, de croire en notre potentiel infini de création pour ouvrir à nouveau le champ des possibles.

 

La vraie créativité se trouve alors juste là : c’est l’imagination mise en action. Il suffit d’en prendre conscience afin de mettre nos pensées en mouvement. Et dans l’action, nous passons en mode création 😉

 

Plus facile à dire qu’à faire pas vrai ? Pas de panique, c’est simplement qu’au moment de devenir Maître de votre vie, vous réveillez un Monstre tout aussi redoutable que le premier : Doute. Et alors ? Le Doute, comme tout le monde, a ses bons côtés! Il nous fournit une opportunité précieuse ; celle de la remise en question. Ce processus est la clé d’une relation enrichissante, surtout lorsqu’il s’agit de celle que l’on entretient avec soi-même. Alors réjouissez-vous de vos rencontres avec Doute, prenez tout ce qu’il a d’enrichissant à vous donner et continuez votre chemin avec plus de confiance encore et de conviction.

 

 

Suis-moi je te fuis, fuis-moi je te suis

D’accord, mais concrètement, comment est-ce qu’on gère la relation avec notre créativité ? Je ne sais pas vous, mais de mon côté c’est pire qu’un flirt dans le style « suis-moi je te fuis, fuis-moi je te suis ». Plus on lui donne de l’attention et plus on attend qu’elle s’exprime, moins elle a envie de pointer le bout de son nez… Alors qu’est-ce qui nous échappe ? La pensée créative est en nous, mais nous peinons à en prendre les pleins pouvoirs pour révéler notre potentiel.

 

Et pourtant, la solution pour une bonne relation avec votre part créative est très simple : fichez-lui donc la paix ! Et je vous assure que ce n’est pas qu’un conseil de coach en vie amoureuse 😉 Les neurosciences soutiennent également cette théorie. En effet, nous avons deux modes de réalisation de tâche : les modes focus et diffus (2). Dans le premier, nous focalisons toute notre attention sur le problème à résoudre. Le second, à l’inverse, se met en place lorsque nous cessons de réfléchir. Et réjouissez-vous car c’est précisément ce mode qui favorise la créativité !

 

La créativité, encore une fois, ce n’est pas qu’un talent artistique. Etre créatif c’est trouver des solutions là où les autres voient un problème. Elle peut donc se manifester sous plusieurs formes en fonction de nos caractéristiques personnelles. Elle permet de révéler les liens entre des éléments distincts en vue d’amener un éclairage nouveau. C’est donc précisément lorsque nous ne focalisons pas de manière étroite sur un problème, que nous laissons tout le potentiel de nos connexions neuronales s’exprimer! Et c’est ainsi que l’on crée les conditions nécessaires au fameux moment « Eurêka ! ». Ce mode de résolution non consciente dévoile, comme par magie, des solutions au moment où on ne les cherche plus.

 

En résumé, si vous voulez résoudre un problème, oubliez-le ! Déposer consciemment la graine problématique dans un coin de votre cerveau, et laissez les connexions inconscientes se révéler.

 

La magie de la créativité

Et le meilleur est à venir: comme la nature est très créative et bien faite, réjouissez-vous car le mode diffus est notre mode par défaut ! Je vous l’accorde, face à l’hyper-connexion neuronale et sociale par laquelle nous sommes engloutis au quotidien, il est difficile d’exploiter nos pleins pouvoirs du mode créatif. Là encore, comme à chaque obstacle, il y a une solution : essayez un instant le pouvoir du silence et de l’attention au moment présent. Faire le vide dans l’instant pour être à l’écoute de soi. Se laisser être, au lieu de vouloir obtenir un résultat. La pensée créative peut alors s’exprimer au moyen de notre intuition, comme un écho inattendu dans le calme de l’esprit.

Apprenez donc à apprivoiser votre créativité aux détours de rendez-vous réguliers avec votre force intérieur. Cultivez et renforcez votre relation avec cette ressource précieuse, qui n’est autre que l’expression de l’étincelle de vie qui nous anime. La magie de la créativité vous accompagnera ainsi sur le chemin de votre équilibre.

 

Références

  1. P. Kolp, 209, La créativité considérée d’un point de vue historique (évolution de ses formes dans le temps et jusqu’à présent) et considérée d’un point de vue actuel. Centre de Formation de l’enseignement de l’UVCB. Lu le 18.10.17 sur : http://www.kolp.be/musiccreativity.pdf
  2. N. Medjad, P. Gil & P. Lacroix, 2017, Neuro Learning : Les neurosciences au service de la formation, Paris, Editions Eyrolles

Vous souhaitez découvrir les prochains articles? Aucun spam. Promis!